Mémoire

LEVANT Pierre

Né le 3 août 1909 à La Rochelle (Charente-Inférieure) Condamné à mort et fusillé le 27 octobre 1943 à Angers (Maine-et-Loire). Ajusteur-balancier au service Voie et Bâtiments de Nantes, Pierre (Marcel) Levant est entré aux Chemins de fer de l’État à Serquigny, dans l’Eure, le 16 novembre 1936, année également de son entrée au parti […]

 Posté le
LEVANT Pierre

Né le 3 août 1909 à La Rochelle (Charente-Inférieure)
Condamné à mort et fusillé le 27 octobre 1943 à Angers (Maine-et-Loire).

Ajusteur-balancier au service Voie et Bâtiments de Nantes, Pierre (Marcel) Levant est entré aux Chemins de fer de l’État à Serquigny, dans l’Eure, le 16 novembre 1936, année également de son entrée au parti communiste. Muté le 1er juin 1939 à Nantes, il vit dans cette ville avec sa femme Germaine, née Brillet, et leurs deux enfants, Jeanne et Bernard.

Sollicité par un camarade de travail en février 1943, il rejoint le Front national, la résistance communiste. Ayant rencontré le responsable politique régional, Léon Renard alias « André », il se voit confier la reconstitution de la section de Nantes, démantelée par les arrestations. Sous le nom de « Marcel », il recrute des militants et diffuse les tracts et les journaux clandestins du Front national (L’Humanité, La Vie ouvrière). Il gère également les cotisations destinées à alimenter la caisse de secours de l’organisation.

Le 10 juillet 1943, vers 22 h 30, Pierre Levant tombe dans un guet-apens monté par la brigade spéciale d’Angers et la Sipo-SD [Sicherheitspolizei-Sicherheitsdienst, police de sûreté et service de sûreté], qui l’arrête au passage à niveau de Chantenay. « André » lui avait fixé rendez-vous ce soir-là afin de prendre contact avec le responsable FTP « Jean », Marcel Lerbret, en vue d’un acte de sabotage sur la voie ferrée Nantes-Couëron. Sont également arrêtés ses camarades Pierre Legendre, Marcel Lerbret, Roger Bécaud, Maurice Basset et Léon Renard, sur lequel les policiers découvrent d’importants documents dissimulés dans une chaussure.

Interrogé, « André » livre toute l’organisation et sera retourné par les Allemands. Une vingtaine d’hommes sont pris dans cette affaire. Pierre Levant est condamné à mort par le Feldkriegsgericht de la Feldkommandantur 518 de Nantes [tribunal militaire du commandement militaire de l’armée d’occupation] le 14 octobre 1943, avec Pierre Legendre et Marcel Lerbret, pour activité de franc-tireur.

Ils sont tous les trois fusillés le 27 octobre, à 8 heures, au champ de tir de Belle-Beille à Angers en compagnie d’autres résistants communistes : Robert Albert, Louis Coquet, Louis Choimet, Henri Deniaud, Henri Thomazic. Entre-temps, Jeanne, la fille de Pierre Levant, a été tuée au cours du bombardement du 16 septembre 1943.

Pierre Levant reçoit la mention « Mort pour la France » et le titre d’Interné résistant le 8 juin 1953.

Cédric Neveu, Carlos Fernandez

Photo : Pierre Levant. Archives familiales. Association Rail et Mémoire.

Sources : SNCF, 118 LM 120/13 ; 118 LM 001/2 ; D00265136 ;SHD DAVCC, 21 P 563282, 20 P 615 ; RM ; CGC ; DBMOF ; C. Pennetier, J.-P. Besse, T. Pouty et D. Leneveu (dir.), Les Fusillés, 2015

Extrait de l’ouvrage Les Cheminots victimes de la répression, 1940-1945. Livre mémorial (Paris, Perrin/Rails et histoire/SNCF, 2017).

Découvrez aussi

Un nouveau regard sur la gare de Reims

Que vous soyez un usager régulier de la gare de Reims ou que vous veniez visiter – en train ou non – cette belle ville, ne passez pas à côté des merveilles de « La Magnifique » ! Hervé Chatriot, qui est lui-même cheminot en gare de Reims, a eu à cœur de faire découvrir […]

En savoir plus

La Libération commémorée en gare cet été

Le 80e anniversaire des débarquements, de la Libération de la France et de la Victoire sera célébré en France en 2024 et 2025. La SNCF est mécène de la Mission Libération, chargée par le gouvernement d’organiser ce cycle commémoratif, et a souhaité s’y associer en proposant plusieurs événements. Ainsi, voyageurs et visiteurs pourront découvrir dès […]

En savoir plus